Où ? Beaune, Halle de Beaune, face aux Hospices
Quand ? : Le 20 Novembre au matin
Qui ? Tout le monde. Pour participer à la vente,  ici
Quoi ? Chaque année, le 3ème dimanche de Novembre,
32 cuvées de vins rouge et 13 cuvées de vin blanc des hospices sont mis en vente .

Un peu d’histoire… : « Pendant plusieurs siècles, la méthode employée par l’Hôpital pour la vente de ses vins fut celle de la vente à l’amiable. Après la Révolution, la vente à l’amiable semble avoir été abandonnée et remplacée par la vente par soumissions, la mise en vente de la récolte étant annoncée par voie d’affiches aux négociants de la région. Une date limite était fixée pour le dépôt des offres devant la Commission. Chaque soumission ne devait mentionner d’autres indications extérieures que le prix proposé. L’enveloppe portant l’offre la plus élevée était seule ouverte à la condition cependant que l’offre fût supérieure à un minimum fixé par avance par l’Administration. L’adjudication était décidée en faveur du négociant dont le nom figurait dans l’enveloppe. Quand l’offre était estimée insuffisante, la vente était annulée pour être remise à une date ultérieure. L’Hôtel-Dieu, dont les vignes étaient déjà remarquablement situées et les vins recherchés, ne trouvait cependant pas toujours, sans difficultés, des acquéreurs.
Au milieu du XIXème siècle l’Econome des Hospices, Monsieur Joseph PETASSE, qui fut aussi un poète de talent, proposa à la Commission d’aller sur place, tant en France qu’à l’étranger, vendre les vins directement à des particuliers. Il effectua à travers la France, la Belgique, la Hollande et l’Allemagne d’étonnants voyages qui s’échelonnèrent sur deux années au terme desquels tous les vins restés en dépôt furent vendus.
A son retour il déclara aux administrateurs : « Messieurs, vous pouvez reprendre dès cette année (1851) la vente aux enchères publiques ; il est désormais inutile de nous déranger, la clientèle est faite, nos vins sont connus et ce sont maintenant les amateurs qui viendront à nous ».

Il est vrai, qu’une fois déjà, on avait essayé de vendre les vins aux enchères à l’Hôtel-Dieu. En 1820, le Ministère des Finances avait conseillé de vendre aux enchères. Le Préfet avait lui-même rappelé le mode prescrit pour la vente des vins et la Commission s’y résolut enfin en 1825. Il semble que cette pratique surprit les acheteurs. Ce n’est qu’en 1859 que le système, en usage aujourd’hui, celui de la vente aux enchères, s’imposa définitivement.

La vente se déroule sous la Halle de Beaune depuis 1959. Elle avait lieu précédemment, et depuis 1925, à la cuverie même. Avant 1925, le public se rassemblait dans la cour d’Honneur de l’Hôtel-Dieu décorée pour la circonstance de très anciennes tapisseries. Les acheteurs se regroupaient dans la grande salle du Conseil, aujourd’hui Chambre du Roi, au premier étage. Cette salle elle-même devint trop exiguë pour recevoir tous les amateurs et dut être abandonnée pour la cuverie. »